Mardi 20 mars 2018

« Télémédecine et complémentaire santé » par Stéphane Hasselot

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

« Le sujet de la téléconsultation fait énormément parler en ce moment. Si le principe de favoriser l’accès aux soins de nos concitoyens ne se discute pas, il est intéressant d’analyser les raisons qui poussent les organismes complémentaires santé à proposer désormais des solutions de télémédecine dans les offres à destination de leurs adhérents.

fb-tw-post_newsroom.png

Le constat tout d’abord. En France, la question du renoncement aux soins est préoccupante. Et parmi les facteurs explicatifs, les difficultés à obtenir un rendez-vous médical se révèlent non négligeables. Baisse du nombre de médecins, problématique des déserts médicaux, allongement des délais d’attente (désormais plus de 60 jours pour un rendez-vous chez un médecin spécialiste)… Mentionnons également le vieillissement de la population et les problèmes de mobilité parfois induits.
Indiscutablement, ces évolutions pénalisent celles et ceux qui en matière de santé ont souvent essentiellement besoin d’être rassurés, le plus rapidement possible.
On le voit, la qualité des soins, ou l’organisation globale du système de santé ne sont pas en cause. C’est l’accessibilité qui pose problème. Par exemple, de récentes études démontrent qu’un senior sur deux juge les temps d’attente interminables, pour obtenir un rendez-vous médical.

Dès lors, quelles solutions ? Une évidence, le secteur de la santé n’échappe pas à la digitalisation en cours de nos sociétés. Un Français sur deux a déjà eu recours à un service en ligne d’accès aux soins. Encore plus parlant, gagner du temps et se faciliter le quotidien sont les principales raisons justifiant le recours à internet. Pas étonnant, donc, que près d’un Français sur deux se déclare prêt à avoir recours à la téléconsultation avec un médecin.

Ainsi, si le développement de la télémédecine semble bien être le sens de l’histoire, comment les organismes de complémentaire santé doivent-ils se positionner ? Un rappel, qui sonne comme une évidence, une mutuelle santé, n’existe que par et pour ses adhérents. C’est le fondement même du fonctionnement mutualiste. Il ne nous appartient pas d’imposer telle ou telle nouveauté à celles et ceux qui nous font confiance. Mais lorsque des évolutions sociétales surviennent, nous devons être en mesure de les accompagner et de répondre aux problématiques nouvelles, avec des services utiles. Il était logique dès lors pour Ociane Groupe Matmut, à l’instar de bien d’autres acteurs, de proposer un service de téléconsultation, puisque ce besoin émergeait chez nos adhérents. Et ce, bien entendu, dans le respect des évolutions réglementaires en cours et à venir.

Notre pragmatisme et notre souhait de coller au plus près aux réels besoins de nos adhérents se traduisent dans le choix du partenariat mis en place, puisque nous avons exclu de gérer en propre un service de téléconsultation. Medaviz, notre partenaire, nous a convaincu par la rapidité de la mise en relation – moins de 3 minutes, 24h/24 et 7j/7 – avec les médecins, ainsi que par le sérieux de ces derniers. Autre point essentiel, Medaviz propose, en plus du service digital, un accès par téléphone. S’il est question des déserts médicaux, en France, il ne faut en effet pas non plus négliger les déserts numériques. Et encore moins le fait que notamment chez les personnes les plus âgées, l’appétence pour les outils digitaux est certainement moindre que chez les jeunes générations.

En synthèse, pour une mutuelle santé, une offre de téléconsultation n’est pas un simple service supplémentaire. Ce n’est pas un gadget, elle doit être utile et être utilisée ; Elle doit être simple, afin de faciliter le quotidien de nos adhérents ; elle doit être rassurante et in fine améliorer l’accès aux soins et donc la santé de nos concitoyens. »


Stéphane Hasselot, Directeur Général Adjoint du Groupe Matmut, en charge de l’assurance santé.
Mardi 20 mars 2018
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Derniers communiqués
  • Mardi 2 octobre 2018
    « De la logique de l’innovation dans l’écosystème automobile » par Tristan de La Fonchais [Lire le communiqué]
  • Jeudi 20 septembre 2018
    « Quels ingrédients pour un événement grand public organisé par et pour une marque ? » par Stéphanie Boutin [Lire le communiqué]
  • Lundi 28 mai 2018
    « Du handicap et de la diversité en entreprise » par Olivier Ruthardt [Lire le communiqué]
  • Mardi 13 février 2018
    "Assurance Emprunteur : la bonne et mauvaise nouvelle" par Tristan de La Fonchais [Lire le communiqué]
  • Jeudi 23 novembre 2017
    "L’expérience client n’est pas la seule préoccupation des entreprises de la nouvelle économie " par Isabelle Le Bot [Lire le communiqué]
Voir tous les communiqués
En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés, dans le cadre de notre politique de respect de votre vie privée. En savoir plus